NOTRE PARI

Réflexion autour de l’avenir des réseaux sociaux

Comme la TV en son temps, les réseaux sociaux sont devenus viraux dans les entreprises, les foyers, les cours de récré. On ne parle plus que du présentateur vedette ou du candidat de télé crochet à la mode, on parle désormais aussi de l’influenceur, du YouTubeur, du Twitcheur qui, sans personne et souvent sans moyens ont réussi à fidéliser une audience via un outil né de l’Internet. Facebook, Instagram, Youtube, Twitch, Twitter… Ces noms presque (ou totalement!) inconnus il y a 10 ans s’affichent aujourd’hui sans avoir à rougir à côté des médias plus traditionnels. Sûrement à juste titre.

Mais soyons francs. Et réalistes. Les réseaux sociaux ont aujourd’hui très mauvaise réputation. Désinformation, fausse information, déchainement de haine et abrutissement constant d’une jeunesse à l’avenir souvent incertain. Et nous nous permettons de le dire parce que cette jeunesse, c’est nous. Ces outils permettent à chacun aujourd’hui de prendre la parole, de donner son avis, de commenter, de juger de critiquer… Et donc, souvent, de dire n’importe quoi. Pourvu que le message douteux soit suffisamment racoleur pour correspondre aux évènements du moment, au désespoir ambiant. Mais dire le problème, même en l’extrapolant, ne créée pas le problème. Il faut aussi, nous le croyons, en prendre conscience.

C’est justement pour combattre ces problèmes que la Mondaine a été créée. Une agence qui profite des outils de son temps pour les mettre au service de l’intelligence, de la culture, du bon, du beau. C’est un pari sur l’avenir. Un pari pour les adultes de demain qui se construisent derrière leurs smartphones. Ce sont leurs repères comme nos vedettes l’ont été.

Au-delà de l’aspect intellectuel, politique et social des réseaux sociaux que nous imaginons, ces plateformes représentent inexorablement une opportunité financière sans aucune commune mesure pour les entrepreneurs, les influenceurs et même les simples consommateurs. Tout cela peut paraitre encore surprenant aujourd’hui. Mais il n’est plus rare de voir un ado boutonneux devenir multimillionnaire sur Youtube, un entrepreneur faire décoller son entreprise ou un simple consommateur arrondir ses fins de mois assis derrière son ordinateur. Et c’est aussi à tous ces gens que La Mondaine s’adresse.

Bien-sûr, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, il y a de tout et évidemment beaucoup de mauvais. Et si les mauvaises idées se vendent, force est de constater que les mauvais services et les mauvais produits, aussi… C’est une réalité et il faut encore une fois en prendre toute conscience. Nous ne l’empêcherons pas. Et d’ailleurs personne ne l’empêchera. En revanche, quelque chose de logique nous a très vite sauté aux yeux:

Si certains créateurs de contenus arrivent à tirer autant de gens vers le bas, pourquoi d’autres créateurs n’arriveraient-ils pas à nous tracter vers le haut ?

C’est le pari que nous avons pris. Le prendrez-vous, vous aussi ?